Mumbaikar in French

Le réseau social des étudiants de l'Alliance Française de Bombay

 

Le Panchatantra est l'œuvre littéraire indienne la plus souvent traduite et l'une des contributions les plus influentes de la littérature mondiale. C’est une ancienne compilation d'histoires indiennes ayant la forme d’une œuvre en prose ou d’une poésie et se clôturant par une morale. Elle se compose de cinq livres de fables animalières. 

Ces contes sont fondés sur des histoires plus anciennes en sanskrit, que certains savants croient avoir été composées au 3ème siècle avant JC. Il semble que le Panchatantra soit une transcription d'histoires orales beaucoup plus anciennes que le texte écrit. De nombreux chercheurs pensent que les contes du Panchatantra étaient fondés sur des traditions folkloriques, bien qu'il n'y ait aucune preuve absolue. L'introduction du Panchatantra identifie un homme nommé Vishnu Sharma comme l'auteur de cette œuvre, mais puisqu'il n'y a pas d'autres preuves ou de témoignages pour vérifier son identité, on ne sait pas si Sharma était le vrai concepteur. 

 

Ces contes auraient été destinés à trois princes d'un royaume afin de les initier à la sagesse hindoue, aux vertus politiques et à la gestion. Amarashakti, roi du royaume de Mahilaropya, était tout puissant. En tant que grand érudit, il était préoccupé par l’inaptitude et l’incompétence de ses trois princes. Apparemment, ses fils n'étaient pas intéressés par les enseignements qu'ils recevaient.

Sur les conseils de son ministre, le monarque décida d'engager un professeur, expert royal nommé Vishnu Sharma. Son souhait était d'«éveiller l’intelligence» de ses princes pour qu’ils soient aptes à gouverner le royaume. Sharma savait qu'il devait à cette fin utiliser une méthode alternative moins orthodoxe.

Il a donc suggéré au roi qu’au lieu de les initier à des sujets tels que la science, la politique ou la diplomatie, les princes devaient, en quelque sorte, apprendre la sagesse inhérente à ces matières. Sharma a pensé qu'il serait plus efficace de conter ses enseignements au travers d'histoires impliquant des animaux. 

Ce serait grâce au génie de Vishnu Sharma que les contes sur les animaux auraient été étaient créés eux-mêmes adaptés d'après des histoires racontées depuis des centaines d'années dans le sous-continent. Ainsi, les problèmes fondamentaux de l'existence humaine, tels que la nature de la confiance et les limites des risques, ont été confiés à la sagesse animale.

Sharma a composé le Panchatantra comme une œuvre de divertissement en cinq parties afin de communiquer l'essence de la diplomatie, des relations humaines, de la politique et de la gestion. Ces cinq discours sont finalement devenus le Panchatantra, qui signifie les cinq (Pancha) traités (Tantra). C’est le plus célèbre livre de la sagesse sociale.

Certaines de ces fables furent représentées plus tard sur les murs des temples et des monuments antiques. Par exemple, la scène du conte ‘Le Singe et le Crocodile’ est clairement représentée sur l’un des murs du temple Tripurantakesvara dans l’État de Karnataka, construit vers l'an 1070 après JC. Les histoires se rapportent à des situations de la vie quotidienne et reflètent une approche réaliste pour réussir dans la vie. Même si le livre a été écrit il y a plus de deux mille ans, les idées et la sagesse qui y sont exprimées, transcendent le temps et la culture.

Les contes nous apprennent à être plus sages, à reconnaître les fraudes et les tricheries, comment nous faire des amis, fraterniser et atteindre une plénitude de vie, tout en utilisant notre intelligence. Le Panchatantra nous enseigne aussi comment nous comporter et comprendre les gens, la manière d'entretenir des amitiés fiables, comment résoudre les problèmes par le tact et la sagesse, et la façon de vivre en paix et en harmonie, tout en faisant face aux nombreux pièges de la vie.

Des apologues d’animaux similaires se retrouvent dans la plupart des cultures du monde, bien que certains folkloristes voient l'Inde comme la source principale de la littérature des fables. Les critiques littéraires ont même noté une forte similitude entre quelques histoires du Panchatantra et les fables d'Ésope. Par exemple 'Le pot cassé' est similaire à 'La Laitière et le Pot au Lait' écrit par Ésope. Cependant, les théories prétendent qu’Esope n'était pas le seul auteur des fables et que certaines de ces histoires peuvent remonter à l'ancienne Mésopotamie du 3e millénaire avant notre ère.

Le Panchatantra partage également beaucoup d'histoires avec 'Les contes de Jataka', prétendument racontées par 'Bouddha' avant sa mort, vers 400 avant notre ère. On a beaucoup écrit sur la relation entre les Fables d'Ésope et les contes de Jataka, qui ont également utilisé l'anthropomorphisme, prêtant vie à des animaux, des oiseaux et des arbres.

La collection de ces contes semble avoir évolué à partir d'un manuscrit d'un autre Grec, 'Babrius', daté du 1er siècle de notre ère. Les contes du Panchatantra avaient également migré vers l'ouest aux alentours de l’an 570 de notre ère, où les œuvres avaient été traduites en langue persane. À peu près deux siècles plus tard, ils ont été traduits en arabe vers l’an 750 après JC.  Presque toutes les traductions européennes pré-modernes du Panchatantra découlent de cette version arabe.

 

Un recueil des fables intitulé 'Fables Nouvelles et autres Poésies' écrit par le grand fabuliste Jean de la Fontaine en 1671 fut modélisé, apparemment, sur Ésope, mais dans les éditions ultérieures, La Fontaine se tourna vers les sources orientales. La Fontaine reconnut sa dette envers à un sage indien et lui exprima sa reconnaissance dans la préface de son deuxième volume de fables qu'il offrit à ses lecteurs en 1679.

De même, ce recueil de fables est pareillement connu pour être à l'origine de quelques histoires dans 'Les Contes des Mille et une Nuits', dans 'Sinbad' et aussi dans beaucoup de comptines et de ballades du monde occidental.

Le Panchatantra est un tel joyau étincelant de l'Inde ancienne qu'il a résisté à l'épreuve du temps et qu'il continue à être un guide pour tout le monde, que ce soit les enfants et adultes. Le récit semble s'adresser aux enfants, mais le thème sous-jacent peut receler des enseignements essentiels aux adultes.

Avec l'évolution de la littérature dans notre monde moderne et globalisé, ces contes populaires demeurent une source permanente de sagesse et de plaisir. Ils nous permettent de faire montre de maturité surtout quand nous les présentons à nos propres enfants et à nos petits-enfants.

Nous avons aussi la possibilité de nous imprégner de la sagesse populaire et de la vertu d'autrui à travers la richesse des savoirs, des idées, des expériences de ces contes, ce qui renforcent notre propre l'héritage de ce bien commun à l'humanité.

En fin de compte, ce n'est pas important de savoir qui a écrit ces fables mais nous devrions être reconnaissants que les enfants du monde moderne aient quelques grands recueils de contes. L'Inde, la Grèce, la Mésopotamie (et probablement la Chine, le Japon, l'Egypte et d'autres pays) nous ont donné le don des fables pour nous guider vers les valeurs de la vie humaine.

 

Vues : 1660

Commenter

Vous devez être membre de Mumbaikar in French pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Mumbaikar in French

© 2017   Créé par DAvid Cordina.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation